À l’heure où les voyages sont fortement déconseillés, il reste heureusement les jeux de société pour nous évader. Et les Aventuriers du Rail y parvient particulièrement bien. Cette année, c’est à Amsterdam que vous invite Days of Wonder. Vous embarquez ?


Pour les deux du fond qui ne connaissent pas encore la licence, sachez que les Aventuriers – désormais un grand classique du jeu de société – se décline globalement en deux catégories : les grosses boites, complétées éventuellement par des extensions, pour des parties passionnantes d’une bonne heure, et les boites « express » pour des parties acharnées en 15 minutes chrono. C’est à cette dernière catégorie qu’appartient Amsterdam.

Après New York et Londres, c’est dans l’Amsterdam du 17e siècle que vous emmène cette nouvelle petite boite. Les règles de base restent globalement les mêmes et ne chambouleront pas les habitués. À la place des classiques wagons, ce sont de mignons chariots que vous devrez placer entre les différents points clés de la ville. Votre but : contrôler le réseau de routes commercial le plus large possible afin d’accumuler les contrats – et donc les points de victoire.

La carte vieillie est du plus bel effet. Allez-vous prendre les routes périphériques et viser un bonus en fin de partie, ou jouer la carte de la sécurité ?

Chaque édition du jeu introduit une petite nouveauté qui modifie les stratégies des joueurs. Amsterdam ne fait pas exception à la règle. Cette fois, certaines routes affichent un symbole de chariot. Si c’est le cas de la route dont vous vous emparez, vous récupérez alors immédiatement une carte Marchandise. En fin de partie, les joueurs marquent des points bonus en fonction du nombre de ces cartes en leur possession.

Une nouvelle règle a priori anodine, qui risque pourtant de changer votre approche. En effet, les routes affublées du symbole chariot sont généralement les routes périphériques, plus longues et moins directes. Allez-vous privilégier la rapidité lors de l’exécution de vos contrats, ou la possibilité de renverser la situation avec des points supplémentaires en fin de partie ?

La beauté des illustrations, le souci du détail… c’est aussi ça qu’on aime découvrir dans chaque nouvelle édition du jeu.

Au niveau du matériel, Days of Wonder oblige, la qualité est au rendez-vous. Les illustrations de Cyrille Daujean et Julien Delval y participent évidemment énormément, comme la carte et les petits chariots aux couleurs vieillies, qui nous plongent immédiatement dans l’ambiance.


Comme à son habitude, Days of Wonder parvient une nouvelle fois à nous proposer une version express regroupant tous les éléments que l’on apprécie dans la série, et en y ajoutant un point de règle unique qui renouvelle l’expérience. Amsterdam, comme ses deux prédécesseurs, plaira donc toujours autant aux joueurs pressés et aux enfants qui découvrent ce classique.

Le jeu est disponible pour environ 25 euros sur PhilibertAmazon ou dans les boutiques spécialisées.

Produit fourni par Days of Wonder pour les besoins de cet article.